Un peu d’histoire…

La commune de Pietroso est rattachée à la piève civile de Castello. Elle appartient à la juridiction et au district de Corte. La piève religieuse de Castello appartient au diocèse d’Aleria, avec comme vocable Saint Laurent. En 1793, le canton de Castello auquel appartient Pietroso, prend le nom de Sorba. Depuis 1828, elle fait partie des sept communes du canton de Vezzani. Le premier recensement démographique du village est effectué en 1589, et nous indique que la population s’élève à 34 habitants. Après cette date, il faut attendre 1729 pour avoir une indication sur la population, celle-ci est de 210 habitants. Le pic de population pour le 18e siècle est enregistré en 1770 avec 275 habitants. Celui-ci baisse à 80 habitants en 1790,juste après la Révolution. Pour le 19e, la population est en constante augmentation, elle passe de 470 en 1810, à 634 habitants en 1896. Le 20e siècle, lui, connaitra une baisse significative de la population, on dénombre en 1911, 601 âmes dans le village, pour arriver aujourd’hui au dernier recensement datant de 2009, qui indique que le village possède 242 habitants. Avec une densité de population de 9,4 habitants au km² pour une superficie totale de 25,8 km². Selon le plan Terrier dressé en 1782, le village de Pietroso est présenté avec celui de Vezzani. La commune de Pietroso, appartenant au département du Golo, a pour limite Noceta, Rospigliani, Altiani, Piedicorti, Antisanti, Commune delle Tre Piazze, Commune de la pieve de Castello, Ghisoni. Le village de Pietroso bénéficie d’un héritage historique conséquent. A l’époque d’Alalia, les romains avaient construit le long du fleuve le Tagnone une « via » reliant la cité aux mines de cuivre et de fer de Vezzani. On peut également parler d’une intense activité druidique du côté de L’onda a strecaghja. Les premières traces d’implantation du village remontent entre le 7e siècle et le 9e siècle, date à laquelle serait construite l’ancienne église Saint Laurent, qui est aujourd’hui classée au Monuments par arrêté du 2 décembre 1986. Nous pouvons également souligner dans l’importance de ce patrimoine religieux, une autre chapelle sous le vocable Santa Maria, qui elle se trouve en écart au hameau de Saparelle, qui daterait du 9e ou 10e siècle. A la différence de la chapelle Saint Laurent celle-ci serait de fondation privée. En ce qui concerne les différents édifices du village, la plus ancienne datation ne remonte qu’au 17e siècle. Les ressources principales étaient l’agriculture, même si celle-ci reste relativement une agriculture de survivance et non destinée au commerce. On y sème principalement du froment, de l’orge, du blé de Turquie et du millet. Il est fait mention sur le plan terrier qu’en mettant en culture tous les terrains susceptibles de l’être, le village peut espérer une population 10 fois plus nombreuse. En ce qui concerne le règne animal, les espèces les plus communes sont les chevaux, bœufs, chèvres et porcs. Le règne végétal, lui est plus diversifié, avec des bois de pins, des chênes verts, chênes lièges, des oliviers, et quelques arbres fruitiers. La culture de l’olivier était une ressource importante pour le village, comme en témoigne les trois pressoirs à huile du village. Les moulins à farine étaient au nombre de 4 sur le territoire de la commune, répartis entre les différents hameaux, malheureusement aujourd’hui il ne reste pratiquement que des ruines. Ces différents éléments du patrimoine industriel ont été utilisés pour la dernière fois lors des restrictions de la Seconde Guerre Mondiale. La culture du châtaignier est également attester par les différents séchoirs présents dans le village. En ce qui concerne le règne minéral, la commune possède plusieurs carrières de pierres, qui sont à la fois propre à la chaux et à bâtir. Le territoire de Pietroso s’étendant jusqu’à la Plaine orientale, permet au village des voies de communication facilitées. Les habitants de la commune ont du connaitre une certaine prospérité au 19e siècle, on remarque un changement du type d’habitat, de nombreuses maisons de notables se construisent en bord de route. Le patrimoine lié à l’eau est lui-aussi très important sur la commune, de nombreuses fontaines y sont présentes, réparties sur le village et l’ensemble des hameaux.

Créateurs : Fresi Laura ; Mosso Jérôme
Droits : (c) Università di Corsica Pasquale Paoli ; (c) Collectivité Territoriale de Corse